ALLIANCE DES ETATS DU SAHAEL (AES) : Mali, Burkina et le Niger, un destin commun

A travers  la charte de Liptako- Gourma instituant l’Alliance des Etats du Sahel (AES) entre le Burkina Faso, la République du Mali et la République du Niger, le Ministre des Affaires Etrangères et de La Coopération  Internationale du Mali, Abdoulaye DIOP a animé un point de presse, ce Samedi 16 Septembre pour élucider les orientations de la nouvelle alliance.

Ce point de presse a enregistré la présence effective du colonel Sadio Camara, Ministre de la Défense et des Anciens Combattants du Mali, de Mme Ragnahnewende Olivia ROUAMBA, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Régionale et des Burkinabès de l’Extérieur, de M. Karamoko Jean  Marie TRAORE, Ministre délégué chargé de la coopération régionale du Burkina Faso, du colonel Major Abdourahamane Amado, Ministre de la jeunesse, des sports, des Arts de la Culture, porte parole du gouvernement du Niger, représentant son homologue des Affaires Etrangères, de la Coopération et des Nigériens à l’Extérieur, ainsi que du colonel Sahabi, secrétaire Permanent du Conseil National pour la Sauvegarde de la Partie du Niger.

A l’entame de ses propos, M. DIOP a rappeler que l’ensemble des gouvernements de ces trois pays, en réaffirmant leur attachement à la légalité internationale et régionale, consacrée notamment par la charte des Nations Unies, l’Acte constitutif de l’Union Africaine et le traité révisé de la CEDEAO ;

Convaincus de la nécessité de poursuivre les luttes héroïques men »es par les peuples et les pays africains pour l’indépendance politique, la dignité humaine et l’émancipation économique ;

Guidés par l’esprit de fraternité, de solidarité et d’amitié ;

Engagés à renforcer les liens séculaires entre leurs peuples ;

Déterminés à exercer pleinement et à veiller au respect de la souveraineté nationale et internationale ;

Résolus à défendre l’unité nationale et l’intégrité des Etats respectifs ;

Considérant les menaces multiformes à l’espace communaux trois Etats ;

Conscient  de la responsabilité de protéger les populations civiles en toutes circonstances ;

Rappelant  le droit naturel des Etats à la légitime défense individuelle ou collective ;

Sont convenu de ce qui suit :

Par la présente charte, dénommé charte du Liptako-Gourma, les parties contractantes instituent entre elles l’alliance des Etats du Sahels, en abrégé « AES »

A rappeler que l’objectif visé  par la charte est d’établir une architecture de défense collective et d’assistance mutuelle aux parties contractantes.

Les parties contractantes mettront en place ultérieurement les organes nécessaires au fonctionnement et mécanismes subséquents de l’Alliance et définiront les modalités de son fonctionnement.

Elles s’engagent à lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes et à la criminalité en bande organisée dans l’espace commun de l’Alliance.

Les parties contractantes œuvreront en outre à la prévention, la gestion et au règlement de toute rébellion armée ou autre menace portant atteinte à l’intégrité du territoire et à la souveraineté de chacun des paya membres de l’Alliance, en privilégiant les voies pacifiques et diplomatiques et, en cas de nécessité à user de la force pour faire face aux situations de rupture de paix et de la stabilité.

Toute atteinte à la souveraineté et l’intégrité du territoire d’une ou plusieurs Parties contractantes sera considérée une agression contre les autres parties et engagera un devoir d’assistance et de secours de toutes les parties, de manière individuelle ou collective, y  compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité au sein de l’espace couvert par l’Alliance.

L’agression  telle qu’évoquée à l’article précédent(6), comprend également toute attaque contre les forces de défense et de sécurité de l’une ou plusieurs Parties contractantes, y compris lorsque celles-ci sont déployées à titre national sur un théâtre d’opération en dehors de l’espace de l’Alliances ; toute attaque en tout lieux, contre les navires ou aéronefs de l’une ou plusieurs parties.

En outre, les parties s’engagent à :

Ne pas recourir entre elles, à la menace,  à l’emploi de la force ou à l’agression, soit contre l’intégrité territoriale ou l’Indépendance politique d’une partie ;

Ne pas faire de blocus des ports, des routes, des cotes ou des infrastructures stratégiques d’une partie par les forces armées ;

Ne pas à partir d’un territoire d’une Partie permettre à des groupes armés, des forces armées irrégulières ou des mercenaires de perpétrer des attaques contre un pays du champ.

Faut-il le rappeler, les décisions de l’Alliance sont prises à l’unanimité des Etats Parties.

Le financement de l’Alliance est assuré par les contributions des Etats parties.

En plus, la présente charte peut être ouverte à tout autre Etat partageant les mêmes réalités géographiques, politiques, socio –culturelles qui acceptent les objectifs de l’Alliance. La demande d’adhésion est acceptée à l’unanimité des Etats Parties.

Toute proposition de modification de la présente charte est soumise à l’acception unanime des Etats Parties. La demande de modification doit être notifiée aux Etat Parties par la voie diplomatique, moyennant un préavis de trois (3) mois.

Tout différent né de l’interprétation ou de l’application de la présente Charte est réglé par la voie diplomatique.

La présente Charte peut être dénoncée par toute Partie contractante. La dénonciation doit être notifiée par son auteur à toutes les autres Parties signataires de la Charte, par lettre transmise par voie diplomatique avec accusée de réception et un préavis de six (6) mois.

Elle sera complétée par des textes additionnels, en vue de la mise en œuvre des dispositions prévues à l’article 3.

Les parties acceptent les termes de la présente Charte qui entre en vigueur dès sa signature par toutes les parties.

La République du Mali, désigné dépositaire de la présente Charte, transmet les copies certifiées aux autres Etats Parties.

Le dépositaire reçoit et soumet à la décision unanime des Etats Parties toute nouvelle demande d’adhésion à l’Alliance, conformément aux dispositions prévues à l’article 11 de la présente Charte.

Ousmane FOFANA

Mali24.info

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *