Santé nutritionnelle : Le haricot rouge, un atout nutritionnel pour les femmes enceintes en carence de fer

Comme les autres légumineuses, le haricot rouge est d’excellente source de macro et de micronutriments. Il apporte de nombreux bienfaits à notre santé qu’il ne faut nullement ignorer. Riche en protéines végétales, comme tous les légumes secs, le haricot rouge est un atout pour les femmes en période de grossesse car, il contient beaucoup de fer, selon les nutritionnistes. 

Rouges ou non, le haricot regorge de vitamines et de minéraux dont nous avons tant besoin pour le fonctionnement de l’organisme. Il est particulièrement riche en fer, en potassium, en magnésium, en cuivre, en vitamine du groupe B, en Zinc ou encore en sélénium. Une véritable mine d’or, à en croire, le site Passeportsanté.net

La particularité de cette richesse en fer doit être une opportunité pour les femmes enceintes, de lutter contre la carence de fer qui est à la base des anémies dont souffrent beaucoup de femmes en état de procréation.

Pour Dr. Maimouna TOURE COULIBALY, professeur chercheuse à l’IPR/IFRA de Katibougou, non moins Coordinatrice du centre de formation continue. Les haricots rouges contiennent beaucoup de fer et peuvent aider les femmes enceintes en carence de fer pour lutter contre l’anémie et c’est aussi bénéfique pour les enfants en carence de fer.

Ses propos corroborent avec les informations publiés par le site www.doctissimo.fr « les légumineuses dont, font partie les haricots rouges, sont des sources de protéines végétales. Celles-ci sont à préférer aux protéines animales pour booster sa fertilité », peut-on lire.

Les haricots rouges, comme de nombreux types de légumineuses, doivent être entièrement bouillis ou cuits avant d’être consommés car ils contiennent des toxines naturelles qui sont détruites lors du processus de cuisson. En plus d’être amplement bénéfiques pour les femmes enceintes, dans le cadre d’une alimentation saine, les haricots rouges sont sans danger, selon le site alimentation-grossesse.com

« Associés au riz, les haricots rouges constituent une source complète de protéines et sont donc idéaux pour remplacer la viande », rapporte le site alimentation-grossesse.com

Avec 350 kcals pour 100g, le haricot rouge sec possède une haute densité énergétique et une haute densité nutritionnelle. Ce qui lui vaut d’ailleurs d’être très rassasiant. Les haricots rouges sont une source remarquable de protéines végétales avec plus de 20g. Dans l’organisme, les protéines ont un rôle structural et contribuent à l’entretient de la masse musculaire.

Aussi, les haricots rouges sont riches en fibres alimentaires puisqu’ils contiennent plus de 15g pour 100g (poids sec). Ces fibres stimulent le transit intestinal, favorisent le bien être digestif, augmente la sensation de satiété au cours du repas et préviennent l’apparition de certaines maladies, particulièrement l’anémie chez les femmes enceintes. Il faudrait en consommer en moyenne 30 g par jour, toujours selon le site alimentationgrossesse.com

Enfin, le haricot rouge est source d’antioxydants, d’anthocyanines en particulier qui sont responsables de la jolie couleur rouge violet des haricots rouges. Ces substances anti oxydantes protègent les cellules contre le vieillissement prématuré et ont un rôle préventif contre certaines maladies cardiovasculaires et inflammatoires entre autres, à l’en croire, toujours, le site passeportsanté.net.

Pour éviter tout désordre digestif lié à la consommation du haricot rouge, le nutritionniste du site passeportsanté.com, rapporte que les haricots rouges ont le désavantage de renfermer de l’acide physique qui peut être responsable de désordres digestifs et gêner l’absorption de certaines vitamines et des minéraux. Si cela ne pose pas de problème lorsque les haricots rouges sont consommés en quantités modérée, il est possible d’améliorer cela en faisant tremper les haricots dans une eau vinaigrée avant leur cuisson.

Il faut noter que le haricot rouge appartient aux légumineuses. C’est un légume rouge foncé ou rose. Sa plante est annuelle, buissonnante ou grimpante et offre des petites gousses contenant 4 à 10 graines de haricot rouges sec. Il a une saveur farineuse et légèrement sucrée. La culture du haricot (toutes variétés confondues) aurait débuté, il y a près de 8 000 ans en Amérique du Sud, au Pérou précisément. 

Ousmane Fofana

Source : mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *