Augmentation budgétaire au Mali : Les précisions de taille du Ministre de l’Economie !

Au Mali, les budgets de certaines institutions connaitront des augmentations en décembre. Chose que beaucoup de concitoyens trouve inopportune au regard du contexte difficile notamment marqué par la problématique de la vie chère. Face aux nombreuses critiques, le Ministre de l’Economie et des Finances a donné des précisions à la faveur de la conférence de presse, tenue hier au département du commerce sur la vie chère.
De la présidence de la République au Conseil National de Transition, les budgets connaitront respectivement une hausse ce mois de décembre. Si le budget de Koulouba passera de 18 milliards FCFA à 22 milliards FCFA, celui du CNT sera augmenter à 13 milliards FCFA au lieu de 9 milliards FCFA.
Selon les constats, l’opinion nationale n’est pas sur la même longueur d’onde que les autorités sur cette décision. Pour cause, les montants additifs pouvaient servir à atténuer la souffrance de la population qui broie le noir.
Mieux placé pour donner des éclaircissements à ce sujet qui anime les débats, le ministre de l’Economie et des Finances a expliqué que deux raisons essentielles sont à l’origine de l’augmentation budgétaire au niveau de la présidence et du CNT.
Selon lui, la première est relative à la sécurisation de la présidence. « Aujourd’hui tout le monde peut renter à Koulouba. Et vous savez quel risque nous courons en cette période d’insécurité. On a décidé d’investir 4 milliards dans la sécurisation de Koulouba. C’est un investissement qui s’étend sur plusieurs années. Le contexte actuel nous oblige à investir dans la sécurisation de nos institutions », avance le Ministre Sanou. Qui a tenu à préciser que les reformes en cours paraissent nécessaires et ne sont pas de nature à donner une aisance à qui que ce soit.
Pour ce qui concerne l’augmentation du budget du CNT, il explique que cela est consécutive d’une part l’harmonisation de la grille salariale qui impacte tous les fonctionnaires partout où ils se trouvent. Et d’autre part à l’augmentation du nombre des membres du CNT.
Conscient des défis à relever, le Ministre Sanou a fait comprendre que la situation du pays oblige la maitrise parfaite des dépenses. « Imaginez de janvier à juin rien n’est rentré au Mali. On a tout bloqué. Si ce n’était pas une meilleure maitrise des dépenses en lien avec les recettes fiscales et douanières, ça allait être difficile », a conclu le Ministre des Finances.
Massassi

Source: Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.