Et si chacun balayait sa devanture ?

mali24

Bamako, se souvient le ministre Modibo Koné, était jadis une ville très propre. Cela notamment grâce au sens de responsabilités     des mères de famille qui, dès l’aube, se mettaient à balayer la cour familiale, puis la rue. Elles rassemblaient ensuite les déchets en un seul lieu. Avec un peu de volonté, cette pratique est encore possible de nos jours, est-il persuadé. Les populations doivent comprendre que leur santé est liée à l’état de propreté de leur environnement. Dans un environnement sain, il y a moins de maladies. Chacun doit contribuer à la préservation de son environnement, dit-il.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.