Inculpés pour vol qualifié et complicité par recel : Abou Sow et Mohamed Djiré prennent différentes peines Moussa Samaké et Yacouba Diarra condamnés à la peine capitale par contumace

mali24

Mohamed Djiré à 5 ans de réclusion criminelle. Moussa Samaké et Yacouba Diarra ont été condamnés à la peine capitale pour n’avoir pas répondu présent à l’appel du président de la Cour.

Les jurés ont reçu deux spécialistes en vol de mobylettes appelées communément “Telimani”. Les faits remontent en 2020. Abou Sow a soustrait frauduleusement 6 mobylettes en utilisant un mode opératoire qui consistait à demander aux conducteurs de l’amener à une destination qu’il fixe. En cours de route, il les menaçait avec une arme blanche avant de les déposséder de leurs mobylettes. A la suite d’une réquisition faite par Cheickna Cissé devant les services du réseau téléphonique Orange-Mali, Abou Sow a été localisé et interpellé par la Police du 4e arrondissement de Bamako. Par la suite, Mohamed Djiré, Yacouba Diarra et Moussa Samaké ont été interpellés comme étant ses receleurs.

Abou Sow à la barre a reconnu les faits tout en donnant tous les détails des différentes opérations qu’il a eu à mener. Avec une tonalité forte, on pouvait l’entendre s’exprimer en dehors de la salle. Il a clairement décrit comment il menait ses opérations tout seul et en groupe des fois. “Yacouba Diarra était chauffeur et il opérait avec nous, sinon moi je ne suis pas de Bamako. Je suis de la mairie de Niono où je récupérais les taxes de 100 et 200 F CFA au marché de Nioro et c’était juste lors des foires hebdomadaires. Je faisais la navette entre Bamako et Ségou et toutes mes opérations ont été faites en pleine journée”, a expliqué l’accusé.  Et au président de lui demander combien il a reçu sur chacune des motos. 15 000 F CFA deux fois sur les 3 motos volées en bande, a-t-il répondu. Abou Sow n’a gagné assez d’argent que grâce aux opérations qu’il a menées seul.

Mohamed Djiré à la barre : “J’ai connu Abou Sow grâce à Oumar Kéita, mon employé qui lavait les motos chez nous en raison de 1000 F CFA par jour. Un jour, il m’a dit qu’il a 3 motos à me vendre à 450 000 F CFA chacune, mais j’avais refusé parce que j’en avais beaucoup dans mon magasin. Après, il m’a dit qu’il me les cède à 400 000 F CFA”, a martelé le coaccusé.

Prenant la parole pour son réquisitoire, le ministère public a déclaré que les accusés sont bel et bien coupables des faits à eux reprochés, les infractions sont constituées. Abou Sow agissait des fois seules et des fois en groupe. Mohamed Djiré sachant bien que les engins d’Abou Sow avaient une provenance douteuse les achetait avec lui, donc ils sont tous les deux coupables, a-t-il développé.

Il y avait un pool d’avocat constitué pour la défense de Abou Sow et Mohamed Djiré. Après 7 longues heures de débats et la brillante plaidoirie des avocats, les accusés ont pu bénéficier des circonstances atténuantes. Dans la délibération des magistrats, Abou Sow a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle et Mohamed Djiré à 5 ans de réclusion criminelle et au payement de 650 000 FCFA à titre de dommages et intérêts. Moussa Samaké et Yacouba Diarra ont pris la peine de mort par contumace pour n’avoir pas comparu.                                                                

                                                                                           Marie Dembélé

Aujourd’hui Mali

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.