Responsabilités de la Presse en période de crise : Les journalistes en conclave à Koulikoro

Ils sont au total une cinquantaine de responsables de medias composés de directeurs de publications et de rédacteurs en chefs à prendre part ce vendredi 4 Novembre 2022 au Centre Polyvalent Ana Coulibaly de Souban ( Koulikoro ) à une session de formation des journalistes sur le thème : « La Technique de production sensibles à la Cohésion Sociale et les Responsabilités de la Presse en période de crise ».
Initiée par l’ASSEP, la présente session de formation en faveur des dicteurs de publications et rédacteurs en chef, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action du tout nouveau bureau de l’Association des Editeurs de la Presse Privée qui a placée le renforcement des capacités des journalistes au cœur de son plan d’action.
Objectifs : Contribuer au renforcement du professionnalisme des journalistes et de la cohésion sociale par les medias d’une part et d’autre part outiller les journalistes sur la compréhension des crises/conflits pour mieux analyser et mieux informer.
En souhaitant la bienvenue aux participants à cette session de formation sur la Technique de production sensibles à la Cohésion Sociale et les Responsabilités de la Presse en période de crise », le secrétaire général de l’ASSEP Ousmane Ballo à dans son expose introductif brossé le contexte de cette rencontre qui se tient à un moment crucial ou les journalistes sont appelés à faire un traitement professionnels des informations, tout en jouant leur partition dans la cohésion sociale.
« A travers cette session de formation l’ASSEP compte renforcer les capacités des journalistes contre la manipulation de l’information et des rumeurs. C’est aussi une façon pour l’ASSEP de former les journalistes à la production des reportages sur la cohésion et la réconciliation. » a-t-il déclaré
En présentant la première communication de cette session de formation à savoir les principes d’éthiques et fondamentaux du journalisme le doyen Sadou Abdoulaye Yattara a appelé les journalistes à respecter dans leur quotidien les principes d’éthiques et fondamentaux du journalisme.
Selon lui l’objectivité est essentiel des lors qu’il est question d’information et surtout elle devient impérative en temps de conflit une période de crise. Et l’information est la première victime d’un conflit, la première victime de tout pouvoir, qui cherche toujours à justifier leurs décisions et de mobiliser, l’opinion publique en diabolisant l’autre. Ces choses mettent en cause le professionnalisme.
« L’objectivité est une valeur éthique et déontologique en ce sens qu’il faut dire la vérité car les sources peuvent aussi nous manipuler et le journaliste doit toujours prendre le soin de vérifier toutes informations » a –t-il- ajouté

Pour sa part Mahamadou Talata Maiga a axé sa communication sur les notions de journalisme de paix ou sensible au conflit.
A l’en croire, le journaliste à une très grande responsabilité sociale et le journaliste à la responsabilité de protéger sa source et beaucoup de gens ne communiqueront pas d’informations importantes aux journalistes s’ils craignent que leur identité soit revelée.
« Apprendre à connaitre l’autre en lui donnant un nom, un visage et humaniser le conflit lorsque l’autre est diaboliser et quand les deux parties essayent de résoudre un conflit, elles doivent apaiser les craintes de leurs partisans » a-t-il martelé
Au nom des participants à cette session de formation d’une journée Issiaka Sidibé du journal le Matinal a salué la tenue de cette formation, en faveurs des directeurs de publications et rédacteurs en chef à sa juste valeur eu égard la pertinence du thème qui est d’actualité.
Il n’a pas manqué d’exhorter les organisateurs de cette session de formation de multiplier ces genres de rencontre pour renforcer d’avantage les capacités des journalistes qui sont un maillon essentiel pour la cohésion sociale.
Au nom du président de l’Association des Editeurs de Presse Privées ASSEP Marietou Konaté a saluée, les participants à cette session de formation pour leurs disponibilités et assiduité tout remerciant les communicateurs pour la qualité de leur travail combien riche et instructif.
En procédant à la clôture de cette session de formation, le 1er adjoint au maire de la commune urbaine de Koulikoro Mamourou Bakary Traoré s’est réjoui du choix du thème qui est d’une importance capitale surtout pour un pays comme le Mali qui fait face à une crise.
« En cette période de crise, fournir des informations au public est un travail extrêmement difficile et les journalistes dans leurs écrits de tous les jours doivent encourager la paix et la cohésion sociale. » a-t-il déclaré
Mohamed kanouté
Source : Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.