AMO : La prescription rationnelle et la lutte contre la fraude au cœur des préoccupations

 La CANAM a organisé ce jeudi 17 novembre 2022 , des ateliers de sensibilisation sur la prescription rationnelle et la lutte contre la fraude à Bamako (dans la salle des Banquets du Centre International de Conférence de Bamako) , Kayes ( dans la Salle de la Chambre du Commerce et de l’Industrie), Koulikoro ( au Centre Mary Delhez, Sikasso ( à l’hôtel Maïssa), Ségou ( dans la Salle de la chambre des Métiers), Mopti ( au Centre Jean Bosco) et à Tombouctou à partir de la Direction Générale de l’hôpital régional. Ces ateliers ont eu pour objectifs, entre autres de : -sensibiliser et informer les prescripteurs sur la prescription rationnelle et la lutte contre la fraude. -rappeler les règles de la prescription rationnelle, de l’éthique et la déontologie. Lesdits ateliers ont été suivi par visioconférence par les régionaux. La cérémonie d’ouverture de l’atelier de Bamako a été présidée par M. Souleymane Traoré, Conseiller Technique du Ministre de la Santé et du Développement Social. Il a remercié la Direction Générale de la CANAM et tous les partenaires impliqués pour le choix porté sur ce thème combien important portant sur un usage rationnel des médicaments, mais aussi lutter contre la fraude à l’AMO. Selon M. Traoré, dans le monde, on estime que plus de 50% des médicaments prescrits, distribués ou vendus, le sont de manière irrationnelle. Au Mali, dira-t-il, force est de constater que l’usage inapproprié et abusif des médicaments demeure un gaspillage de ressources, ce qui aboutit à un préjudice considérable pour le patient sous forme de résultats médiocres et de réactions négatives aux médicaments. « Cette pratique, à n’en pas douter, occasionne un manque à gagner considérable pour la CANAM », précise-t-il. Le Directeur Général de la CANAM, le médecin général de Brigade Boubacar Dembélé, a indiqué que la prescription rationnelle et la lutte contre la fraude préoccupent au plus haut point la CANAM et ses partenaires. « Une raison suffisante pour le Comité de Gestion de la CANAM, sur instruction du Conseil d’Administration d’inscrire, en bon ordre, cet atelier dans le programme d’activité ». Le présent atelier qui réunit tous les acteurs impliqués, principalement les prescripteurs, a-t-il dit, permettra d’une part de rappeler les règles de la prescription rationnelle, de l’éthique et la déontologie et d’informer les prescripteurs sur des cas de fraude, d’autre part. Selon lui, les résultats de l’étude actuarielle réalisée en décembre 2014 par la CANAM, le poids des médicaments dans les dépenses du Régime AMO représente 80 pour cent. « Pour qu’un régime d’assurance maladie soit viable et pérenne, le poids des médicaments dans les remboursements des soins ne devrait pas être au-delà des 50 pour cent de l’ensemble des dépenses ». Pour ce qui est de la fraude à l’AMO, la CANAM, a-t-il indiqué, a détecté plusieurs cas de fraude consécutifs, entre autres, à l’abus de prescription et à la prescription complaisante. « Ces typologies de fraudes interpellent fortement les prescripteurs dans le cadre de la responsabilité médicale, de la prescription rationnelle, de l’éthique et la déontologie ». Il a tenu à féliciter et remercier tous les participants pour leur dévouement et leur disponibilité à soutenir et accompagner la CANAM.

SERCOM/CANAM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.