Les acquis du projet CLEAR Cotton et l’élimination du travail des enfants au Mali présentés

L’hôtel Radisson Collection a abrité ce jeudi 17 Novembre 2022 la tenue des travaux de l’espace de dialogue national sur l’élimination du travail des enfants dans les filières cotonnières et l’agriculture au Mali.

 C’était sous la présidence du secrétaire général du Ministère du Développement Rural M. Daniel Siméon Kelema, qui avait à ses cotés le secrétaire général du ministère du travail, de la fonction publique et du dialogue social  Dr YaYa Gologo, l’ambassadeur  chef de la délégation de l’Union Européenne M. Bart Ouvry et le représentant de la FAO au Mali  M. Mansour Ndiaye.

 Organisé par  l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture  FAO, en partenariat avec le ministère du développement rural , celui  du travail  de la fonction publique et du dialogue social, co- financé par l’instrument de coopération au développement de l’Union Européenne et l’organisation internationale du travail BIT , le projet CLEAR Cotton 2018-2022   est une initiative qui  contribue aux efforts de lutte contre le travail des enfants et le travail forcé en mettant l’accent sur la chaine de valeur du coton. 

 Cette initiative contribue a renforcer les capacités des organisations de producteurs et employeurs, des agents de l’agriculture et des inspecteurs du travail à aborder et à remédier au travail des enfants.

 Ce dialogue national sur l’élimination du travail des enfants vise à présenter l’approche et les résultats du projet CLEAR Cotton, les bonnes pratiques, les enseignements que l’on peut en tirer pour d’autres interventions et politiques nationales pour l’élimination du travail des enfants dans l’agriculture.

 En souhaitant la bienvenue  aux participants  à cet espace de dialoque national sur l’elimination du travail des enfants dans les filières cotonnières et l’agriculture au Mali, le représentant  de la FAO au Mali M. Mansour Ndiaye a souligné que dans un constat général, la désagrégation sectorielle géographique et familiale des dernières estimations  ressortent que  dizaines de millions d’enfants travaillent  dans le monde et plus  de 79% d’entre eux seraient victimes des pires formes de travail et le secteur agricole est le plus affecté.

 Il a par ailleurs ajouté que la réduction du travail des enfants dans l’agriculture n’est pas une question  des droits de l’homme c’est aussi un  enjeu crucial.

  Dans sa communication l’ambassadeur, chef de la délégation de l’Union Européenne au Mali M. Bart Ouvry a souligné la nécessité d’une synergie d’action a tous les niveaux pour faire face au travail, des enfants qui est un problème multidimentionnel, mais aussi une question de réalité économique, car la lutte contre la pauvreté est essentielle pour lutter contre le travail des enfants. 

 Pour sa part le secrétaire du Ministère du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue Social Dr YaYa Gologo a axé son intervention sur les coté néfastes du travail des enfants et les grandes dispositions prises par les plus hautes autorités du pays pour mettre fin à la pratique.

Selon lui, le travail des enfants est une préoccupation pour les plus hautes autorités du pays et les actions de l’initiative Clear Cotton vont avec les missions de la cellule nationale de lutte contre le travail des enfants qui se bat sur le terrain à travers le pays pour dire non au travail des enfants sous toutes ses formes.

En procédant à l’ouverture de cet espace de dialogue national sur l’élimination du travail des enfants dans les filières cotonnières et l’agriculture au Mali, le secrétaire général du Ministère du Développement Rural Daniel Siméon Kelema a souligné que la loi d’orientation agricole tient compte des différents documents de politiques, stratégies et projet/ programme sectoriels notamment celles qui concernent l’élimination des pires formes de travail des enfants dans le secteur agricole.

« Le travail des enfants est un problème préoccupant à double titre : d’abord en raison du nombre des enfants concernés qui demeure très élevé, ensuite et surtout en raison des conséquences négatives que le travail prématuré a sur le développement personnel de l’enfant et sur le développement économique et social du pays. », a-t-il déclaré.

Avant d’ajouter que « dans le monde entier 70% de tous les enfants âgés de 5 à 17 ans qui sont en situation de travail des enfants sont dans l’agriculture. Ceci représente plus de 98 millions de filles et de garçons »

 Mohamed Kanouté

Source : Mali24.info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.