Grande commission mixte : Dix accords de coopération entre le Mali et la Guinée

Une gouvernance vertueuse pour la prise en compte des intérêts stratégiques du Mali et de la Guinée au bénéfice des populations. Tel semble avoir été le fil conducteur des travaux de la 9è session de la Grande commission mixte de coopération Mali-Guinée, clôturée, jeudi dans la soirée à Conakry, sous la co-présidence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop et son homologue de la Guinée, Dr Morissanda Kouyaté.

Après deux jours d’échanges dans les différentes commissions, Maliens et Guinéens ont renforcé le cadre juridique existant, en signant dix accords de coopération dans divers secteurs. Il s’agit des Accords de coopération dans les domaines du commerce ; de la sécurité et de la protection civile ; de la santé. S’y ajoutent des accords ayant trait aux mines, à la géologie, à l’exploration minérale et à l’énergie ainsi qu’à la pêche.

En outre, des conventions sur l’extradition ; l’entraide judiciaire en matière pénale ; l’entraide judiciaire en matière civile et commerciale et le transfèrement des condamnés ont été signées. Sans oublier le mémorandum d’entente de coopération en matière de gouvernance migratoire et d’intégration africaine.

Feuille de route- Afin d’assurer une mise en œuvre diligente des conclusions de la réunion, les deux pays ont procédé à la signature d’une feuille de route de l’ensemble des activités devant être tenues durant les deux années. Objectif : rendre plus dynamique la relation de coopération dans l’intérêt des populations.

Il convient de relever que cette Grande commission mixte se tient dans un contexte géopolitique particulier et au moment où les deux pays font face à des défis multiformes communs. Aussi, les transitions en cours au Mali et en Guinée sont marquées par la volonté des dirigeants d’aller vers la refondation, rompant radicalement d’avec les méthodes et pratiques de gouvernance antérieures. Toutes choses qui leur ont valu d’avoir une approche différente sur la conduite du processus de transition avec notamment la Cedeao. Résilients face à la situation, le Mali et la Guinée verront leur solidarité et rapprochement renforcés par le refus réciproque d’appliquer les sanctions prises contre chaque pays par l’organisation communautaire.

Il n’est donc point surprenant que cette donne et ses implications aient été prises en compte par la réunion qualifiée par certains de tournant dans les relations entre les deux États. Les deux parties se sont, à ce propos, félicitées des nombreuses mesures et réformes entreprises dans leurs pays respectifs dans le cadre de la «refondation de l’État, de la rectification institutionnelle, de la moralisation de la gestion publique, de l’amélioration des conditions de vie des populations et du développement socioéconomique».

De même, elles ont regretté et condamné l’ingérence de certains États dans les affaires intérieures de leurs pays respectifs tout en les appelant à cesser de tels agissements. Maliens et Guinéens ont réaffirmé l’engagement de leurs gouvernements respectifs à lutter contre le terrorisme, l’intégrisme religieux et l’extrémisme violent, la contrebande, les crimes transfrontaliers organisés…

Pour optimiser le potentiel de réussite, depuis la rectification de la trajectoire de la Transition en mai-juin 2021, les autorités se sont inscrites dans une dynamique de diversification du partenariat. Pour y parvenir, le Mali pourra compter sur le pays que dirige aujourd’hui le colonel Mamadi Doumbouya. Ainsi, les deux parties ont salué les avancées significatives des travaux d’aménagement pour faire du Port de Conakry, le principal port de transit des marchandises maliennes.

À cet effet, le gouvernement guinéen est disposé à accorder les facilités y afférentes. Signe concret de cet engagement : c’est par le Port de Conakry que seront bientôt expédiées à Bamako à partir de la Russie de grandes quantités de produits pétroliers, d’engrais et de blé pour à peu près 100 millions de dollars (50 milliards de Fcfa environ). Pour assurer l’approvisionnement correct, régulier et «sécurisé» du Mali en produits stratégiques, le ministre de l’Économie et des Finances, Alousséni Sanou s’est en effet rendu en Russie, il y a quelques semaines.

Le président de la Transition guinéenne, le colonel Mamadi Doumbouya a présidé mercredi, au Port de Conakry, la cérémonie d’inauguration du parking gros porteur dénommé «Kidal ». La mise à disposition de cette infrastructure, fruit de la coopération entre la Guinée, le Mali et Turkiyé, contribuera au renforcement de la plateforme portuaire de ce pays voisin dans son ambition d’être un port naturel pour le Mali, en particulier et de la sous-région, en général. Il s’agit d’un parking de stationnement de 1.200 camions, dont un espace de 250 places dédiées uniquement aux camions maliens. Par ailleurs, les transporteurs maliens disposent désormais d’une auberge moderne de 70 lits pour les chauffeurs. Le bâtiment comprend notamment des bureaux et une mosquée.

Patrouilles conjointes- Une des conclusions de la session énonce d’ailleurs l’institutionnalisation de rencontres périodiques entre les autorités transfrontalières des deux pays et l’organisation de patrouilles conjointes pour sécuriser les populations frontalières. Exprimant sa satisfaction au terme de la session, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dira que ce qui est possible entre la Guinée et le Mali est, aujourd’hui, devenu faisable. Et Abdoulaye Diop de souhaiter que Maliens et Guinéens puissent tirer du faisable quelque chose de bénéfique pour nos pays et qui puisse renforcer notre soutien mutuel dans l’ensemble des domaines.

Dans la coopération entre le Mali et la Guinée, tout est essentiel, a déclaré le chef de la diplomatie guinéenne. Pour Morissanda Kouyaté, le partenariat entre les secteurs privés des deux pays est extrêmement important. «Ils sont les moteurs de croissance et de développement de nos économies, grâce notamment, à la création d’emplois productifs», a-t-il insisté.

Il reste que cette volonté des deux États de marcher «main dans la main» trouve un retentissement favorable chez les populations. Le succès qu’a rencontré l’organisation, à l’initiative du musicien Salif Keïta il y a quelques mois, de la Semaine artistique et culturelle pour demander la création de la Fédération Mali-Guinée est un bon présage. «La Guinée et le Mali ont toujours été un pays, ça n’a jamais été deux», avait lancé l’artiste.

Envoyé spécial

Massa SIDIBÉ

l’Essor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.