Renforcement du système national de la surveillance de la résistance aux antimicrobiens : Plusieurs acquis enregistrés à travers le projet KOICA

La présentation des résultats du projet KOICA ‘’ Renforcement du système national de la surveillance de la résistance aux antimicrobiens (RAM), a fait l’objet d’un atelier ce lundi 28 Novembre dans les locaux de Radisson Collection. La cérémonie d’ouverture a été présidée par Etienne Coulibaly, représentant du ministre de la santé et du développement social.

Premier intervenant de la cérémonie d’ouverture Dr Christian Itama, représentant de l’organisation mondiale de la Santé (OMS) souligne que ce projet, qui a démarré en 2018, atteste l’excellente relation de coopération entre le Mali et la Corée ainsi qu’entre l’OMS et Koica. L’OMS, ajoute-il, étant très reconnaissant de l’opportunité qui lui a été donné à travers ce projet de grande envergure, il remercie Koica pour sa confiance et son engagement envers l’OMS et ses partenaires au Mali et surtout la santé des Maliens. Selon lui, la résistance antimicrobienne demeure un problème de santé publique dans tous les pays y compris le Mali. C’est une préoccupation mondiale qui menace l’efficacité des traitements utilisés jusqu’alors contre les infections « Ce projet de « Renforcement des systèmes de surveillance mondiaux et nationaux de la résistance aux antimicrobiens (RAM), ainsi que des capacités des laboratoires nécessaires pour la mise en place de ces systèmes », était particulièrement important pour les gouvernements Malien et Coréen ainsi qu’au partenaire d’exécution qui est POMS »,a-t-il dit. Il a par ailleurs remercié les 5 sites sentinelles, au laboratoire national de référence de l’INSP et à l’équipe de coordination qui ont mis en œuvre avec succès ce projet de la résistance antimicrobienne au Mali.

Dongrib Kim, représentant de Korea international cooperation agency, dans son intervention, s’est réjouit de la mise en place de ce partenariat entre le Mali et la Corée dans le secteur de la santé à travers ce projet qui contribue à la réalisation des objectifs du développement durable III à savoir la santé publique le bien-être.

Au nom du ministre de la santé et du développement social, Etienne Coulibaly, conseiller spécial à l’INRSP, a exhorté les acteurs à redoubler d’efforts pour consolider les acquis dans la lutte contre le RAM et leur faire part des initiatives afin de continuer sur cette lancer et d’étendre la surveillance dans les autres secteurs à savoir la santé animale, l’environnement, l’agriculture dans un contexte « une seule santé ».

B. Diarra

Source: Mali24infos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.