Mali : Ce que prévoit la 16e édition du festival théâtre des réalités !

Sikasso, la 3e capitale régionale du Mali abritera du 5 au 11 décembre 2022, la 16e édition du festival du Théâtre des Réalités sous le thème « crier nos racines ». Elle sera marquée par des innovations majeures. Du moins, c’est ce que l’on a retenu d’un échange avec M. Adama Traoré. Il est le président de la fédération des artistes du Mali, non moins président d’Acte Sept, l’association culturelle qui organise ledit festival depuis 1996.

Sikasso encore à l’honneur ! Elle abritera pour la énième fois, la 16e édition du festival du théâtre des réalités aura lieu en ce mois décembre. Selon le président d’Acte Sept, l’édition 2022 aura un programme riche et varié et enregistrera la présence d’artistes qui viendront des pays frontaliers comme le Benin, le Burkina Faso, la Cote d’Ivoire et de la Guinée Conakry.

Manifestation culturelle multidisciplinaire, la 16e édition du festival du théâtre des réalités tout comme les précédentes, aura diverses activités au menu. Si l’on s’en tient aux explications du président Traoré, il y’aura au programme outres le théâtre, des spectacles de musique, de danses, des expositions et des conférences, pour ne citer que ceux-ci.

Toutefois,il trouve que le thème de cette année est d’une importance capitale. En ce sens qu’il s’agit de l’urgence de retourner vers les valeurs qui ont fait la fierté des sociétés africaines. Selon M. Traoré, « crier nos racines » veut dire se ressourcer en en puisant dans nos valeurs culturelles. « Nous ressourcer c’est comme un arbre, qui, pour se ressourcer, a besoin de ses racines », a-t-il ajouté.

En termes d’innovations, M. Traoré a annoncé que la 16e édition sera marquée par la célébration de trois journées internationales majeures. Il s’agit entre autres de la journée mondiale des volontaires, la journée internationale de lutte contre la corruption et la journée mondiale des droits de l’homme.A ce titre, le festival sera l’occasion de se pencher sur ces sujets et d’évoquer la nécessité pour chacun de se porter volontaire pour apporter sa pierre à l’édifice national.

« Nous pensons qu’aujourd’hui nous devons être des volontaires pour la promotion des droits de l’homme. Nous devons être des volontaires pour lutter contre les phénomènes du changement climatique et la corruption. Nous devons être volontaires pour lutter contre les violences basées sur le genre et aux enfants. Nous devons être volontaires pour promouvoir le consommer local », a-t-il conclu.

Massassi

Source : mali24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.